La marchande de fous-rires

Droits : domaine public
Source Retronews
Citer ce document
Lafargue, Edouard-Paul et Jean Robiquet “La marchande de fous-rires”, RelRace, item créé par Baptiste Bonnefoy, dernier accès le 8 Feb. 2023.
Contributeur Baptiste Bonnefoy
Sujet La couleur de peau des enfants de Noé
Description Dans la scène VII de cette pièce de théâtre représentée pour la première fois le 1er octobre 1898 sur la scène du Carillon, à Paris, les auteurs parodient une ancienne légende sur la différence de couleur de peau entre Japhet, Sem et Cham.
Auteur Edouard-Paul Lafargue
Date 1898/12/25
Éditeur La Vie moderne (Paris), Vol. 20, No. 52.
Langue fr

Géolocalisation

Transcription

Voir moins Voir plus
La commére. — Précisément, vous allez voir comme quoi les trois fils de Noé furent victimes du tout à l’égoût (elle chante l'air du Petit Chaperon Rouge).

Quand le déluge eut pris fin,
L'arche atterrit sur la butte.
Noé dit : « Ça manqu' de vin
« J'ai tant vu d’eau qu’ça m’rebute.»
Japhet répondit : « Mon petit papa
Les vign’s de Suresn’s poussent à deux pas. » —
Chic! reprit Noé, j’y vais deux minutes,
Histoir’ de vider cinq ou six tonneaux. »
Ses fils ajoutèrent : - Prends les Moulineaux !
« Nous allons t’attendre en f'sant un' pleine eau.»

Ils descendir’ et tous les trois.
Le cal’çon d’bain sur la tête,
Cherchant le meilleur endroit
Pour retirer leurs chaussettes.
Japhet murmura : « Je vais à Bercy,
Mais Sém dépité répliqua : « Merci !
« C’est au Pont des Arts que j’fais la mouillette,
« Pour l'Académi’ je veux m'decoll’ter »
Et Cham opina : « Chacun d' son côté!
C'est au Point du Jour que j'vais barboter. »

Mais l'histoir' saint’ nous apprend
Que même aux temps légendaires.
Plus on descendait l'courant
Et moins la Seine était claire :

Entre Charenton et le Pont Royal,
Ça passait du blanc au noir animal —
Et voici pourquoi Japhet notr’ grand’père
Dans l’eau de Bercy tout blanc demeura,
Mais s’étant baignés une lieu’ plus bas;
Sem apparut jaune et Cham chocolat.

Le compère. — Pauvre Cham ! aujourd'hui, pareil malheur n’arriverait plus : la Seine est pure... Vive le progrès.