Les mérites des Noirs d'après Jahiz

Citer ce document
Jahiz, “Les mérites des Noirs d'après Jahiz”, RelRace, item créé par Farid Bouchiba, dernier accès le 14 Apr. 2024.
Contributeur Farid Bouchiba
Sujet Les mérites des Noirs d'après Jahiz
Description Parmi les arguments mentionnés en faveur des mérites des Noirs, il y en a un que Jāḥiẓ a à coeur de glorifier, qui est l’argument religieux. Dans cette intention, il présente le témoignage suivant : le Prophète, qui se trouvait à Médine, a accompli la prière de l’absent sur le Négus (al-Najāshī), qui lui se trouvait en Abyssinie ; ce qui représente une exception. C’est encore le Négus qui donna en mariage au Prophète la fille d’Abū Sufyān, Umm Ḥabība et constitua au nom du Prophète un douaire (ṣadāq). Nous pouvons voir ici comment le Négus et plus généralement l’Abyssinie comptèrent pour le Prophète et permirent à l’islam de se développer suite à la première émigration (hijra).
Il ajoute, par ailleurs, comme autre mérite que les Noirs sont à l’origine de trois inventions significatives qui ont été transmises aux Arabes : la galia (al-ghāliya), qui est un parfum composé de musc et d’ambre, le brancard mortuaire (al-na‘sh) et le livre relié (muṣḥaf).
Auteur Jahiz
Éditeur Maktabat al-Khanjī
Langue ar

Géolocalisation

Transcription

Voir moins Voir plus

وقال السودان: فهذا الفضل فينا، ولم يصلِّ النبي صلى الله عليه وسلم قط إلا على جنازةٍ أو قبر، إلا النجاشىّ فإنه صلّى عليه وهو بالمدينة وقبر النَّجاشيّ بالحبشة. قالوا: والنجاسي هو كان زوَّج أمَّ حبيبة بنت أبي سفيان من النبي صلى الله عليه وسلم، ودعا خالد بن سعيدٍ فجعله وليَّها، وأصدق عن النبي صلى الله عليه وسلم أربعمائة دينلر. قالوا: وثلاثة أشياء جاءتكم منْ قبلنا. منها الغالية، وهي أطيب الطيب وأفخره وأكرمه. ومنها النَّعْش وهو أستر للنساء وأصون للحرم. ومنها المصحف، وهو أوقى لما فيه وأحصن له، وأبهى وأهيأ. قالوا: ونحن أهول في الصدور وأملأ للعيون، كما أن المسوِّدة أهول في العيون وأملأ للصدور من المبيِّضة، وكما أن الليل أهول من النهار. قالوا:
والسَّواد أبداً أهول.

Les Noirs ont dit : nous sommes supérieurs car le Prophète n'a jamais accompli la prière de l'absent. Il ne priait que sur une dépouille (jināza) ou sur une tombe (qabr). Il fit une exception pour le Négus. Le Prophète, qui se trouvait à Médine accomplit la prière de l’absent sur le Négus (al-Najāshī), qui lui se trouvait en Abyssinie. Ils ajoutent que c'est le Négus qui donna en mariage au Prophète la fille d’Abū Sufyān, Umm Ḥabība. Il chargea Khālid b. Sa‘īd d'être son tuteur (walī). Et il constitua au nom du Prophète un douaire (ṣadāq) de quatre cents dinars. Ils disent : [les Arabes] nous ont emprunté trois choses : la galia (al-ghāliya), qui est le parfum le plus noble ; le brancard mortuaire (al-na‘sh), qui permet de dérober aux regards les dépouilles mortelles féminines ; et le livre relié (muṣḥaf), qui protège mieux son contenu et l’embellit.