Lectures on Our Israelitish Origin

Droits : domaine public
Citer ce document
Wilson, John “Lectures on Our Israelitish Origin”, RelRace, item créé par Maud Michaud, dernier accès le 25 Feb. 2024.
Contributeur Maud Michaud
Sujet Anglo-israélisme
Description John Wilson publie en 1840 ses Lectures on our Israelitish Origins. En 1876, l’ouvrage en est à sa cinquième édition, ce qui nous donne une idée du succès rencontré par cette théorie au milieu de l’époque victorienne. Il s’appuie, entre autres, sur la Bible, notamment les livres des Prophètes, pour trouver dans les Saintes Écritures les traces, les indices (les « identifications ») d’une migration des dix tribus vers les « îles lointaines » mentionnées par la Bible, qui seraient les îles britanniques, faisant ainsi de ses habitants les descendants directs d’Éphraïm, l’un des deux fils de Joseph. Les Anglais – ou plutôt ce que la terminologie de l’époque appelait les « Anglo-Saxons », soit la plus grande partie des habitants des îles britanniques – seraient donc les descendants directs des dix tribus perdues d’Israël. Dès le XVIIIe siècle, de nombreux exégètes de la Bible, linguistes ou historiens s’étaient mis à la recherche des descendants des dix tribus, les identifiant grâce au travail de linguistes ou encore de missionnaires et d’explorateurs européens ou américains : ainsi, les Amérindiens ou encore les Nestoriens de Mésopotamie furent parfois identifiés comme « peuples élus », descendants des dix tribus perdues.
Auteur John Wilson
Date 1840
Éditeur Londres, James Nisbet & Co., 1876 (5e éd.)
Langue en

Géolocalisation

Transcription

Voir moins Voir plus
Extrait de John Wilson, Lectures on Our Israelitish Origin [1840, 1876] préface à la 4ème édition.

‘La tombe d’Israël est le lieu de naissance des Saxons’ ; les Anglais, bien que n’étant pas juifs, sont pourtant issus des parias d’Israël, et qui, d’après la Parole de Dieu, ont été envoyés au pays du septentrion et dans ces ‘îles lointaines’. [L’auteur] affirme également toujours que le peuple chrétien de ces îles fait partie de cette ‘plénitude des Gentils’ promise à Éphraïm, à qui, par la croix, ont été attribués le droit d’aînesse et le pouvoir de dispenser la bénédiction à toutes les nations de la terre.

Israel’s grave was the Saxon’s birthplace’ ; that the English, although not Jews, are yet sprung from the outcasts of Israel, after whom the Word of God was sent to the north country, and to these ‘isles afar off’. He still holds that the Christian people of these islands are of that ‘fulness of the Gentiles’ promised to come of Ephraim, unto whom, through the cross, was appointed the birthright and the power of ministering blessing to all the nations of the earth.

Document 2. Extrait de John Wilson, Lectures on Our Israelitish Origin, 1840

La monarchie et le droit constitutionnels, le gouvernement représentatif du peuple, une police publique efficace et le procès devant jury, voilà des exemples de ce que ses ancêtres anglo-saxons ont laissé en héritage à la nation anglaise, et tous peuvent être facilement affiliés à une origine israélite. [...] Il est en effet assez remarquable qu'on ait laissé subsister un si grand nombre de ces institutions, preuves incontestables que ce peuple avait été disciple de Moïse. Leur condition sociale en témoigne également, de même que, dans notre chapitre précédent, nous avons vu que leur apparence physique et leur caractère témoignent pleinement et explicitement de leur appartenance à Abraham.

‘Limited Monarchy, Constitutional Law, and Representative Government, an efficient Civil Police, and Trial by Jury, are among the most important legacies left the English nation by their Anglo-Saxon forefathers, which may all be easily traced to an Israelitish origin. […] It is indeed rather remarkable that so many of these institutions should have been allowed to remain as incontestable evidence that this people had been Moses’ disciples. Equally does their social condition witness to this, as in our last lecture we saw that their personal appearance and character give full and explicit evidence to their being the children of Abraham.’

Document 3. Extrait de John Wilson, Lectures on Our Israelitish Origin, 1840

Notre attention a été attirée très tôt sur la beauté physique des mères de la race, et surtout de JOSEPH, dont nous cherchons maintenant à identifier la postérité. Beaucoup de juifs modernes ont le teint très foncé, principalement, peut-être, parce qu'ils se sont si intimement mêlés aux enfants de Cham ; mais on parle beaucoup de la beauté des Israélites de l’Antiquité (Lam. IV. 7,8). La description des Anglo-Saxons lors de leur arrivée en Grande-Bretagne correspond à ce qui précède. Ils sont décrits comme étant ‘de teint clair, de visage joyeux, de stature très agréable, et leurs membres sont bien proportionnés à leur corps’.

‘Our attention was early drawn to the personal beauty of the mothers of the race, and especially of JOSEPH, whose posterity we seek now to identify. Many of the modern Jews are very dark complexioned, chiefly, perhaps, as having become so intimately blended with the children of Ham; but much is said of the fairness of ancient Israel (Lam. IV. 7,8). Correspondent to this is the description of the Anglo-Saxons upon their coming to Britain. They are described as being ‘fair of complexion, cheerful of countenance, very comely of stature, and their limbs to their bodies well proportioned.’

Note: le passage fait référence aux Lamentations, 4, 7-8: « Ses princes étaient plus éclatants que la neige,/ Plus blancs que le lait ;/ Ils avaient le teint plus vermeil que le corail ;/ Leur figure était comme le saphir ».